Posted on: 13 mai 2019 Posted by: Rock'in'Shake Comments: 0

Le 13 avril 2019 au Trianon (Paris 18e)

Il est vingt heures, Le Trianon s’éveille au son de la douce voix de La Chica. Franco-vénézuélienne, la chanteuse a la lourde responsabilité d’ouvrir le bal. Comme définir son style ? Difficile à dire, tellement son univers est hybride… Une pincée d’Ibeyi pour le côté world, mixée à la pop de Jain. Les morceaux s’enchaînent, pour laisser rapidement la place au trio parisien.

Le temps de faire un bref changement de plateau et tout est en place. Vint alors les trois compères, Jeff à la basse (ainsi qu’au banjo et à l’harmonica), David à la batterie et n’oublions pas Gunnar, au chant et à la guitare. Dès les premières notes, il est évident que le concert sera magique. Les maîtres de la soirée implantent directement leur style, oscillant entre les grandes plaines américaines et les steppes irlandaises. D’entrée de jeu, les trois compères font chauffer le mercure et ce, sans tomber dans les travers de la démonstration de force. La sobriété est donc de rigueur, y compris dans les décors : instruments et jeux de lumières aux tonalités chaudes.

Multi-instrumentiste, le trio n’hésite pas toutefois à échanger avec le public, se traduisant par un goût affirmé pour les harmonies vocales. Les histoires s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Les Parisiens corsent davantage leur prestation, en invitant le combo Electro Deluxe, la guitariste Nina Attal, ou encore Ben l’Oncle Soul, à partager la scène avec eux. Un moment de grâce durant lequel le public reprend en cœur les morceaux de leur premier album, Travelling Soul. À quand le deuxième opus ?

Site du groupe

PHOTOS : Clémence Rougetet

Leave a Comment