Posted on: 27 août 2019 Posted by: Rock'in'Shake Comments: 0
Royal Blood - C.Rougetet

Du 23 au 25 août 2019, au Domaine National de Saint-Cloud (92)

La dix-septième saison de Rock en Seine est partie à l’assaut de bonnes ondes sonores et ce, trois jours durant. Retour sur ce millésime 2019, marqué par la sueur et les décibels de haut-vol.

Le décor

Niché en plein cœur du Parc de Saint-Cloud, dans l’ouest parisien, le festival Rock en Seine annonce cette fin d’été qui s’étire doucement avant que la rentrée ne sonne définitivement. L’occasion pour tout mélomane qui se respecte de se doper aux bonnes ondes pendant trois journées, marquées par un soleil de plomb et une chaleur intense. Une grand messe musicale où le groupe mythique The Cure rencontre la talentueuse Jeanne Added, la fraîcheur de Girl In Red, ou encore les électriques Royal Blood et Foals. Un marathon acoustique salvateur !

Demandez le programme !  

Jour 1 : Retour vers le futur avec les indémodables The Cure. Il aura donc fallu attendre dix-sept ans pour que Rock en Seine accueille (enfin) la bande à Robert Smith. Le soleil décline progressivement pendant leur prestation mais la foule, venue très tôt en masse, reste quant à elle fiévreuse.

Et pour combler cette attente, les Belges de Balthazar et Jeanne Added. Accompagnée des chœurs Accentus, cette dernière a proposé un show magistral. La double lauréate des Victoires de la Musique 2019 (artiste féminine et album rock) offre alors un concert hors-du-temps, où elle fait preuve une nouvelle fois encore d’une énergie communicative.

S’ensuit alors le concert de Eels, Cornes de brume à la main, les cinq compères arrivent sereinement sur les planches de la scène Cascade. Pendant une heure (seulement), les festivaliers ont pu chalouper sur le set alternant reprises et nouvelles compositions. Le seul regret du jour, ne pas pouvoir assister au concert de Johnny Marr, programmé en même temps que les Eels.

Jour 2 : Autre style, autre ambiance. La sueur est toujours au rendez-vous mais avec des ondes à dominante urbaine cette fois-ci. La moyenne d’âge est divisée par deux comparée à la veille. De la soul à la voix chaude de Celeste à la pop Jorga Smith, en passant par Jungle et le show pyrotechnique de Major Lazer, les pogos étaient au rendez-vous. L’instant indie-rock du jour s’appelle Girl In Red et elle nous vient tout droit de Norvège. Du haut de ses vingt ans, elle a su insufflé un vent de fraîcheur des plus appréciables sur cette deuxième journée de Rock en Seine.

Jour 3 : Le rock reprend ses marques pour cette ultime journée de festivités. Et pour inaugurer cette journée, faisons étape à la Scène Cascade pour apprécier le show de Mini Mansions. Une mise en bouche avant d’entamer le sprint final. S’enchaînent alors l’électro-rock Two Door Cinema Club, l’énergie post-punk de Bring Me The Horizon, l’ambiance psyché de Deerhunder, pour terminer en beauté avec le rock accrocheur de Royal Blood et de Foals. Esprit rock, es-tu là ? Oui, assurément pour cette édition 2019 de Rock en Seine.

TEXTE & PHOTOS : Clémence Rougetet

 

Leave a Comment