Posted on: 25 octobre 2019 Posted by: Rock'in'Shake Comments: 0

Le 24 octobre 2019, au Trianon (Paris 18e)

Sa Majesté la Reine Élizabeth II était bien représentée par ses sujets de The Struts, mais aussi par l’Écossais Kyle Falconer et les Anglais de King Nun. Une soirée où le rock anglais et ses extravagances ont retourné en peu de temps les planches de la scène du Trianon. Retour sur ce concert “So British“.

Round 1 : Kyle Falconer

Il a eu la lourde tache d’ouvrir le bal. L’Écossais Kyle Falconer démarre la soirée dans un format guitare-voix, distillant une folk anglo-saxonne épurée. Un dénuement instrument qui peut contraster avec les artistes qui le suivent, mais qui a le mérite de mettre un pied à l’étrier. Un set tout en douceur d’une petite demi-heure, conclu dans la hâte par l’artiste en s’extirpant rapidement de la scène.

Round 2 : King Nun

La première partie s’enchaîne avec le combo londonien, King Nun. Autre style, autre ambiance. Exit donc l’esprit folk pour entamer le match des ondes électriques. La ligue britannique de rock peut compter dans ses rangs ce quatuor charismatique. En véritables écorchés vifs, les membres de King Nun nagent dans les eaux troubles du rock-punk dont seuls nos voisins d’outre-Manche ont le secret : guitares saturés, mélodies énergiques et un soupçon d’extravagance.

Round 3 : The Struts

En parlant d’extravagance, l’affiche de la soirée en dispose. The Struts ou le savant mélange d’allier l’excentricité à la Elton John à la fougue rockeuse de Queens et le glam rock de David Bowie (époque Ziggy Stardust). Une heure et demi de show où lumières et costumes flamboyants s’enchaînent. Pas question de laisser le public parisien sur sa faim, dont chacun des spectateurs reprennent en parfait écho les paroles de “Primadonna like me” ou encore de “I do it so well”. Prenez garde donc à ces charismatiques Anglais, car ils ont le don de communiquer avec générosité leur bonne humeur. À voir impérativement sur scène !

TEXTE & PHOTOS : Clémence Rougetet

Leave a Comment