Posted on: 18 octobre 2020 Posted by: Rock'in'Shake Comments: 0
Voyou

Stereolux, Nantes. Le 16 octobre 2020

Direction les Nefs des Machines de l’Île, où en son sein bat le cœur de la vie culturelle nantaise, le Stereolux

Round 1 : Fyrs

Tristan Gouret à l’état civil, mais Fyrs sur scène depuis son séjour à Bristol, où il a pu y développer son projet artistique. Auteur-compositeur-interprète, mais également guitariste, il lui aura suffi de son premier titre (“The swirl of love”) pour convaincre. Puis un second, un troisième, puis la reprise de “The logical song” des Supertramp, suivis de deux autres compositions. Six titres influencées par la musique indé d’outre-Manche. Six titres fonctionnant comme une thérapie, où l’osmose entre Fyrs et ses deux compères musiciens (claviers//voix et batterie) s’accorde à la perfection.

Round 2 : Voyou

Si vous aimez “Chanter sous la pluie”, aller au “Carnaval” avec des “Confettis en désordre”, c’est que vous avez frappé à la bonne porte. Celle du Stereolux, accueillant, le temps de deux concerts (décalés à quatre reprises en raison de la crise sanitaire), Voyou. Ce drôle d’oiseau-là, a grandi entre Nantes et Lille, nichant désormais à Paris, joue à domicile.

En effet, ce dernier a vécu une dizaine d’années dans la Cité des Ducs, où il a pu se professionnaliser par le biais de résidences artistes et musicien pour trois projets musicaux. Deux EP plus tard, Thibaud (de son vrai nom) développe une musique pop solaire et acidulée. Quinze morceaux plus tard, dont une reprise de Jorja Smith (“Teenage Fantasy”), Voyou clôture nous invite à l’accompagner, “Seul sur [son] tandem”.

TEXTE & PHOTOS : Clémence Rougetet